Main navigation French

Canadian Public Health Association

Anticorps monoclonaux de longue durée

Renseignements destinés à la population canadienne concernant la prophylaxie préexposition de la COVID-19 (prévention) avec anticorps monoclonaux

Mise à jour : 14 juillet 2022, 08 h 30 (HE)

Les anticorps monoclonaux existent depuis plus de 30 ans; environ 100 anticorps monoclonaux ont été désignés comme nouveaux médicaments depuis 1985. Ils ont été approuvés et utilisés pour traiter de nombreuses maladies, notamment l’asthme sévère, l’arthrite rhumatoïde, la maladie de Crohn, la sclérose en plaques, les maladies infectieuses et certaines formes de cancer. Les anticorps monoclonaux peuvent jouer un rôle important dans la prévention de la COVID-19 chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli et qui pourraient développer la COVID longue.

À l’heure actuelle, il existe un seul anticorps monoclonal de longue durée préexposition pour la prévention de la COVID-19 au Canada : Evusheld (tixagevimab et cilgavimab).

Aucun médicament ne remplace la vaccination, y compris Evusheld. La vaccination demeure notre meilleur allié pour la prévention de maladies graves découlant d’une infection à la COVID-19. L’Agence de la santé publique du Canada et Santé Canada continent de recommander vigoureusement la vaccination à tous les Canadiens et Canadiennes admissibles.

Les renseignements que contient la présente page ne substituent en aucun cas à un avis médical; consultez votre professionnel de la santé pour des renseignements précis concernant votre santé personnelle.

À propos d’Evusheld

Le 14 avril 2022, Santé Canada a autorisé l’utilisation d’Evusheld (tixagevimab et cilgavimab) pour la prévention de la COVID-19. Le médicament est approuvé pour une utilisation chez les adultes et les enfants (âgés de 12 ans et plus, pesant au moins 40 kg) qui ne sont pas actuellement infectés à la COVID‑19 et qui n’ont pas eu de contact récent connu avec une personne infectée à la COVID‑19, et :

  • qui sont immunodéprimés et peu susceptibles de présenter une réponse immunitaire adéquate à la vaccination contre la COVID-19;
  • pour qui la vaccination contre la COVID-19 n’est pas recommandée.

Les patients doivent parler à leur professionnel de la santé pour déterminer si Evusheld leur convient. Evusheld n’est pas actuellement autorisé pour traiter l’infection à la COVID‑19 ni pour prévenir l’infection chez les personnes qui ont été exposées au virus. 

Directives provinciales et territoriales : qui est admissible et comment y accéder?

Ressources éducatives pour les patients admissibles

Ressources éducatives pour les professionnels de la santé

FOIRE AUX QUESTIONS

Qui peut avoir besoin d’une protection supplémentaire contre la COVID-19?

Bien que les vaccins aident de nombreuses personnes dans le monde entier, les personnes vaccinées ne peuvent pas toutes produire suffisamment d’anticorps pour assurer une bonne protection contre la COVID-191-5. Ces personnes immunovulnérables peuvent avoir besoin d’une protection supplémentaire.

Environ 2 % de la population mondiale peut rester immunovulnérable à la COVID-19 à la suite d’une réponse inadéquate à un vaccin contre la COVID-196,7. La proportion de personnes immunovulnérables parmi les personnes hospitalisées pour une infection postvaccinale est de plus de 40 %8-10.

Des dizaines d’études montrent que chez les personnes immunovulnérables, la proportion de celles qui produisent des anticorps contre la COVID-19 est beaucoup plus faible que chez les personnes qui ne sont pas immunovulnérables11. Dans un grand nombre de ces études, la proportion de personnes immunovulnérables qui avaient une réponse immunitaire protectrice se situait entre zéro et 60 %6.

En plus des personnes immunovulnérables, d’autres populations vulnérables peuvent avoir besoin d’une protection supplémentaire contre la COVID-19 :

  • Les personnes qui ne peuvent être vaccinées à cause d’allergies ou d’une intolérance au vaccin12.
  • Les personnes qui présentent un risque accru d’attraper la COVID-19 à cause de leur travail ou de leurs conditions de vie13.

Qui sont les personnes immunovulnérables?

Voici des exemples (la liste n’est pas complète) de personnes immunovulnérables. Il s’agit de personnes qui 1-5,14 :

  • sont atteintes d’un cancer du sang;
  • suivent une chimiothérapie ou une radiothérapie;
  • ont subi une transplantation;
  • sont en dialyse;
  • sont sous immunosuppresseurs (p. ex. médicaments contre le lymphome non hodgkinien, le lupus, la sclérose en plaques, la polyarthrite rhumatoïde);
  • ont une immunodéficience primaire.

Quelles options s’offrent aux personnes immunovulnérables?

Diverses options préventives ou thérapeutiques s’offrent aux personnes immunovulnérables, comme les vaccins, les antiviraux et les anticorps monoclonaux.

Vaccins15 :

  • Les vaccins sont des agents qui déclenchent une réponse immunitaire.
  • Les vaccins visent à aider l’organisme à prévenir l’infection; la réponse immunitaire se produit quelques semaines après la vaccination.
  • Les vaccins procurent une protection de longue durée.

Antiviraux16,17 :

  • Les antiviraux sont des médicaments qui préviennent la réplication du virus et qui réduisent la charge virale
  • Les antiviraux aident l’organisme à combattre et à prévenir l’infection virale. Le laps de temps écoulé avant l’obtention de l’effet varie selon l’antiviral, mais ces médicaments agissent tous rapidement.
  • Les effets des antiviraux persistent aussi longtemps que dure le traitement.

Anticorps monoclonaux

  • Un anticorps monoclonal est une copie d’un anticorps naturel utilisée pour neutraliser le virus4.
  • Les anticorps monoclonaux peuvent servir à protéger contre une infection ou à traiter une maladie, et ils exercent leur action presque immédiatement18-20.
  • La durée des effets des anticorps monoclonaux peut varier, mais en général, ces effets peuvent durer plusieurs mois15,20.
  • Les anticorps monoclonaux peuvent aider à prévenir la COVID-19 chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli, et leur action peut avoir une longue durée18,21-24.

Qu’est-ce qu’un anticorps monoclonal et que permet-il de traiter?

Les anticorps sont une partie importante du système de défense dont dispose l’organisme pour détruire les micro-organismes causant des maladies, et sont, dans bien des cas, fabriqués au moyen des cellules immunitaires qui sont spécifiques d’un agent pathogène et qui proviennent de personnes qui se sont rétablies d’une infection25,26. Les anticorps monoclonaux sont fabriqués en laboratoire pour imiter ou améliorer la réponse immunitaire naturelle de l’organisme25.

Les anticorps monoclonaux ont pour cible la protéine de spicule du virus de la COVID-19. Cette protéine permet au virus de se lier à la membrane de la cellule de l’hôte et de fusionner avec elle. En ciblant le spicule, l’anticorps inhibe la capacité du virus d’infecter les cellules saines et peut ainsi neutraliser ses effets26.

Les anticorps monoclonaux existent depuis plus de 30 ans. Une centaine d’entre eux ont d'ailleurs été désignés comme de nouveaux médicaments depuis 1985. Ils ont été approuvés et utilisés pour traiter de nombreuses maladies, comme l’asthme sévère, la polyarthrite rhumatoïde, la maladie de Crohn, la sclérose en plaques, les maladies infectieuses et certains types de cancer27.

Les anticorps monoclonaux peuvent jouer un rôle important dans la prévention de la COVID-19 chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli et peuvent être conçus pour avoir une action prolongée18,21-23.

Quel rôle les anticorps monoclonaux peuvent-ils jouer dans la protection des personnes immunovulnérables contre la COVID-19?

Les anticorps monoclonaux ont le potentiel d’aider les millions de personnes dans le monde, dont des milliers de Canadiens qui, après avoir été vaccinés, ne produisent pas assez d’anticorps en raison d’une maladie sous-jacente ou de la prise d’un médicament qui entraîne une inhibition partielle ou complète de leur système immunitaire1-5.

Cette partie de la population comprend les personnes atteintes d’un cancer du sang ou d’un autre type de cancer traité par chimiothérapie, les patients sous dialyse, ainsi que les personnes qui prennent des médicaments après une greffe d’organe ou des agents immunodépresseurs pour des maladies, telles que la sclérose en plaques et la polyarthrite rhumatoïde1-5.

En quoi les anticorps monoclonaux sont-ils différents des vaccins?

Les traitements par anticorps monoclonaux peuvent être un complément aux vaccins dans la protection contre la maladie, mais ils en diffèrent par leur mode d’action, leurs effets, leur rapidité d’action et leur durée d’action.

  • Alors que les vaccins déclenchent une réaction immunitaire au moyen d’un agent pathogène affaibli ou d’une particule de celui-ci, les anticorps monoclonaux neutralisent le virus en imitant les anticorps naturels de l’organisme15,25.
  • Les vaccins visent à aider l’organisme à prévenir les infections, alors que les anticorps monoclonaux peuvent protéger contre une infection et/ou traiter une maladie15,19,27.
  • Les anticorps monoclonaux commencent à agir presque immédiatement et, grâce à certaines modifications, il est possible de prolonger leur durée d’action afin qu’elle atteigne plusieurs mois. Quant aux vaccins, ils produisent une réponse immunitaire quelques semaines après la vaccination et procurent en principe une protection à long terme19,20.

Qu’est-ce que l’immunité acquise?

L’immunité acquise est l’immunité que vous développez tout au long de votre vie28. Elle peut être obtenue par :

  • un vaccin;
  • l’exposition à une infection ou à une à maladie;
  • les anticorps d’une autre personne (produits par les cellules immunitaires qui combattent les infections).

Lorsque des micro-organismes pathogènes (germes) sont introduits dans votre organisme par un vaccin ou une maladie, votre organisme apprend à cibler ces germes en fabriquant des anticorps qui seront efficaces si vous y êtes de nouveau exposés dans l’avenir. Il est aussi possible d’utiliser les anticorps d’une autre personne pour aider votre organisme à combattre l’infection – mais cette forme d’immunité est temporaire.

L’immunité acquise est différente de l’immunité innée, qui est présente à la naissance. Votre système immunitaire inné ne combat pas des germes en particulier. Il vous protège plutôt contre tous les germes, comme les bactéries et les virus, en essayant de les empêcher de pénétrer dans l’organisme. Votre système immunitaire inné est composé des éléments suivants :

  • Réflexe de la toux
  • Acide de l’estomac
  • Peau et ses enzymes
  • Mucus

Quelle est la différence entre l’immunité active et l’immunité passive?

L’immunité active et l’immunité passive sont les deux types d’immunité acquise.

L’immunité active est le type le plus courant. Elle se développe en réponse à une infection ou à la vaccination20.

  • L’immunité active naturelle provient d’anticorps produits après une exposition à une infection.
  • L’immunité active artificielle provient d’anticorps produits à la suite de la vaccination.

L’immunité passive se développe après que vous avez reçu des anticorps provenant d’une autre personne ou d’une autre source, et est naturellement de courte durée20.

  • L’immunité passive naturelle provient d’anticorps transmis d’une mère à son bébé (p. ex. par le lait maternel.)
  • L’immunité passive artificielle provient d’anticorps contenus dans un antisérum (sérum immun).

RÉFÉRENCES

  1. Centers for Disease Control and Prevention. Altered immunocompetence. General Best Practice Guideline for Immunization: Best Practices Guidance of the Advisory Committee on Immunization Practices. [En ligne].
  2. Boyarsky BJ, et al. Immunogenicity of a single dose of SARS-CoV-2 messenger RNA vaccine in solid organ transplant recipients. JAMA. [Internet] 2021; 325 (17):1784-1786.
  3. Rabinowich L, et al. Low immunogenicity to SARS-CoV-2 vaccination among liver transplant recipients, Journal of Hepatology. [Internet] 2021.
  4. Deepak P, et al. Glucocorticoids and B cell depleting agents substantially impair immunogenicity of mRNA vaccines to SARS-CoV-2. medRxiv. [préimpression] 2021. PMID: 33851176; PMCID: PMC8043473.
  5. Simon D, et al. SARS-CoV-2 vaccination responses in untreated, conventionally treated and anticytokine-treated patients with immune- mediated inflammatory diseases. Ann Rheum Dis. 2021.
  6. Oliver, S MD. Data and clinical considerations for additional doses in immunocompromised people. Réunion ACIP, 22 juillet 2021.
  7. Données internes d’AstraZeneca.
  8. Harpaz R et al. Prevalence of immunosuppression among US adults, 2013. JAMA. 20 décembre 2016;316(23):2547-2548.
  9. Tenforde MW, et al. Effectiveness of SARS-CoV-2 mRNA vaccines for preventing Covid-19 hospitalizations in the United States. medRxiv. [préimpression] 2021.
  10. Brosh-Nissimov T, et al. BNT162b2 vaccine breakthrough: clinical characteristics of 152 fully vaccinated hospitalized COVID-19 patients in Israel. Clin Microbiol Infect. 2021.
  11. Données internes d’AstraZeneca.
  12. Centers for Disease Control and Prevention. COVID-19 vaccines for people with allergies. 2021.
  13. Centers for Disease Control and Prevention. Risk factors of exposure to COVID-19: racial and ethnic health disparities. 2020.
  14. Grupper A, Sharon N, Finn T, Cohen R, Israel M, Agbaria A, Rechavi Y, Schwartz IF, Schwartz D, Lellouch Y, Shashar M. Humoral response to the Pfizer BNT162b2 vaccine in patients undergoing maintenance hemodialysis. Clinical Journal of the American Society of Nephrology. 6 avril 2021.
  15. Centers for Disease Control and Prevention. Understanding How Vaccines Work. [En ligne]. CDC.gov; 2018.
  16. Cleveland Clinic. Antivirals. [En ligne]. 5 novembre 2021.
  17. Gouvernement du Canada. Maladie à coronavirus (COVID-19): Prévention et risques. [En ligne] 1er janvier 2022.
  18. Domachowske JB, et al. Safety, tolerability and pharmacokinetics of MEDI8897, an extended half-life single-dose respiratory syncytial virus prefusion F-targeting monoclonal antibody administered as a single dose to healthy preterm infants. Pediatr Infect Dis J. 2018; 37(9): 886-892.
  19. Loo Y-M, et al. AZD7442 demonstrates prophylactic and therapeutic efficacy in non-human primates and extended half-life in humans. medRxiv. Cold Spring Harbor Laboratory Press; 2021 [préimpression].
  20. CDC Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Immunity types. [En ligne]. 10 mai 2017.
  21. Communiqué de presse d’AstraZeneca. AZD7442 PROVENT Phase III prophylaxis trial met primary endpoint in preventing COVID-19.
  22. Robbie GJ, et al. A novel investigational Fc-modified humanized monoclonal antibody, motavizumab-YTE, has an extended half-life in healthy adults. Antimicrob Agents Chemother. 2013; 57 (12): 6147-53.
  23. Griffin MP, et al. Safety, tolerability, and pharmacokinetics of MEDI8897, the respiratory syncytial virus prefusion F-targeting monoclonal antibody with an extended half-life, in healthy adults. Antimicrob Agents Chemother. 2017; 61(3): e01714-16.
  24. Yu XQ, et al. Safety, tolerability, and pharmacokinetics of MEDI4893, an investigational, extended-half-life, anti-staphylococcus aureus alpha- toxin human monoclonal antibody, in healthy adults. Antimicrob Agents Chemother. 2016; 61 (1): e01020-16.
  25. Lloyd E, Gandhi T, Petty L. Monoclonal antibodies for COVID-19. JAMA. 2021; 325(10):1015.
  26. Zost, S.J., et al. Potently neutralizing and protective human antibodies against SARS-CoV-2. Nature; 2020. 584: 443–449.
  27. Lu RM, et al. Development of therapeutic antibodies for the treatment of diseases. J Biomed Sci 2020; 27, 1.
  28. Healthline. What you need to know about acquired immunity. [En ligne].