Main navigation French

Canadian Public Health Association

La Revue canadienne de santé publique adopte l’exigence de participation concrète des Premières Nations, des Inuits, des Métis et des peuples autochtones aux publications à leur sujet

Lieu

Ottawa (Ontario)


Reconnaissant les droits inhérents des peuples autochtones à déterminer leur propre développement en matière économique, sociale, culturelle et de connaissances, la Revue canadienne de santé publique (RCSP) demande maintenant à tous les auteurs qui veulent être publiés dans ses pages de décrire clairement comment ils ont fait participer les peuples autochtones concernés. À notre connaissance, la RCSP est la première revue scientifique au Canada à adopter une telle politique.

Comme l’indique Namaste Marsden, coauteure de la nouvelle politique éditoriale sur les peuples autochtones et directrice de l’économie et de l’analyse de la santé à la First Nations Health Authority (Régie de la santé des Premières Nations) en Colombie-Britannique, « Cette politique opère un changement important dans le monde de l’édition savante et représente un pas de plus vers la reconnaissance de nos droits inhérents, en tant que peuples autochtones, à nous définir et à définir notre savoir. Elle aura des effets sur la façon dont la littérature scientifique décrit notre santé et notre bien-être à l’échelle de la population et reconnaît notre droit à ce que nos connaissances soient définies par des membres de nos nations et de nos cultures et respectées en tant que telles. »

Les droits inhérents des peuples autochtones à déterminer leur propre développement en matière économique, sociale, culturelle et de connaissances sont reconnus dans le droit et l’éthique canadiens et internationaux. Cela comprend leur droit de participer concrètement aux travaux d’érudition qui les concernent, qui servent souvent de preuves dans la prise de décisions.

Leona Star, également coauteure de la politique éditoriale sur les peuples autochtones et directrice de la recherche au Secrétariat à la santé et au développement social des Premières Nations du Manitoba, affirme : « Il s’agit d’un changement de politique majeur qui permet aux Premières Nations, aux Métis et aux Inuits d’affirmer leur propre gouvernance et leur souveraineté sur les données de recherche qui les concernent, pour que la collecte, l’analyse et l’interprétation de ces données reflètent réellement les besoins, les priorités et les réalités qu’ils connaissent en tant que nations. C’est un changement de politique que d’autres revues devront envisager, car il n’est plus acceptable de faire de la recherche à propos de nous sans nous. » 

La RCSP exige que tous les auteurs répondent aux questions suivantes dans le cadre du processus de soumission des manuscrits :

  1. Cette soumission concerne-t-elle les Premières Nations, les Inuits, les Métis et/ou les peuples ou les populations autochtones?
  2. Si oui, les peuples ou les populations autochtones concernés ont-ils participé à l’étude et/ou à la préparation de cette soumission?
  3. Si oui, veuillez expliquer brièvement comment les peuples ou les populations autochtones concernés ont participé individuellement et collectivement à l’étude et/ou à la préparation de cette soumission.

Selon Dre Janet Smylie, rédactrice scientifique adjointe (Peuples autochtones) à la RCSP, « Ce fut un honneur que de travailler avec des dirigeants et des organismes des Premières Nations, inuits et métis (PNIM) à l’élaboration de cette nouvelle politique, qui à mon avis se fait attendre depuis longtemps. J’attends avec impatience une plus large contribution des PNIM et des détenteurs de savoirs alliés pour qu’ensemble, nous travaillions à faire en sorte que les voix et les perspectives des peuples autochtones soient honorées. »

La RCSP s’engage à nommer des rédacteurs qui s’auto-identifient comme étant des théoriciens de la santé publique autochtones en milieu universitaire et/ou en milieu ouvert et qui sont reconnus à la fois par les communautés métisses, inuites ou des Premières Nations et par leurs pairs de la santé publique. La RCSP s’engage aussi à créer un réseau pluridisciplinaire d’évaluateurs de textes autochtones et de spécialistes alliés en santé et en santé publique autochtones et à assurer la continuité de ce réseau; les évaluateurs devront connaître les normes en matière de participation communautaire autochtone à la recherche, posséder de l’expérience dans l’application de ces normes et s’engager à les faire progresser.

La RCSP est une publication officielle de l’Association canadienne de santé publique.

– 30 –

La Revue canadienne de santé publique
Le but de la Revue canadienne de santé publique est de faire progresser la recherche et les pratiques de santé publique au Canada et dans le monde, contribuant ainsi à l’amélioration de la santé des populations et à la réduction des inégalités de santé. La RCSP est une revue indépendante qui publie des articles savants et des travaux inédits examinés par des pairs, soumis en anglais ou en français, qui sont d’intérêt pour la santé publique et des populations. La RCSP est une publication officielle de l’Association canadienne de santé publique.
 


Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec :
Danielle Tremblay, Gestionnaire des communications
Association canadienne de santé publique
Téléphone : 613.725.3769 poste 160
communications@cpha.ca

Au sujet de l’Association canadienne de santé publique :
Porte-parole national indépendant et défenseur fidèle de la santé publique, l’Association canadienne de santé publique parle au nom des individus et des populations avec tous les ordres de gouvernement. Nous préconisons l’équité en santé, la justice sociale et la prise de décisions éclairées par les données probantes. Nous misons sur le savoir, repérons et abordons les problèmes de santé publique, et relions diverses communautés de pratique. Nous faisons valoir la perspective et les données probantes de la santé publique auprès des chefs du gouvernement et des responsables des politiques. Nous sommes un catalyseur de changements qui améliorent la santé et le bien-être de tous.


Retour aux actualités