Main navigation French

Canadian Public Health Association

Les professionnels de la santé interpellent les partis politiques fédéraux : il faut agir pour prévenir les changements climatiques catastrophiques

Lieu

Ottawa (Ontario)


Aujourd’hui, les principaux fournisseurs de soins de santé et les principaux responsables de la santé publique du Canada sont à Ottawa pour envoyer un message sans équivoque à tous les partis politiques : les Canadiens ressentent déjà les effets néfastes des changements climatiques sur la santé et le temps presse pour prévenir les changements catastrophiques.

Ensemble, des représentants de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement (ACME), de l’Association médicale canadienne (AMC), de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC), de l’Association canadienne de santé publique (ACSP) et du Réseau pour la santé publique urbain (UPHN) demandent aux partis fédéraux de reconnaître que les changements climatiques constituent le plus grand défi de santé publique du XXIe siècle et de faire des solutions climatiques une priorité aux élections fédérales de 2019.

Le groupe dépose un plan d’action demandant à tous les partis fédéraux de s’engager à :

  1. élaborer des plans d’action efficaces et fondés sur des données probantes démontrant comment le Canada atteindra les réductions d’émissions nécessaires pour maintenir le réchauffement de la planète en deçà de 1,5°C tout en accordant la priorité à la santé;
  2. créer et financer les politiques et les programmes nécessaires à la transition des agriculteurs, des travailleurs du secteur des combustibles fossiles et de leurs collectivités vers une économie à faibles émissions de carbone;
  3. fournir le financement et la coordination nécessaires pour assurer la résilience de nos établissements de soins de santé, de nos unités de santé publique et de nos collectivités, les aider à se préparer aux changements climatiques en cours et leur donner la capacité de minimiser l’impact des changements climatiques sur la santé physique et mentale de la population canadienne.

Les effets immédiats des changements climatiques sur la santé sont devenus plus réels pour de nombreux Canadiens à l’été de 2018, alors que le pays a connu des canicules, d’immenses feux de forêt et des niveaux dangereux de pollution de l’air lorsque la fumée a envahi les collectivités.

À l’automne de 2018, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a publié un rapport décrivant les effets dévastateurs pour la santé qui résulteraient d’une hausse de 2°C de la température de la planète, mettant en danger des centaines de millions de personnes en raison de la pauvreté liée au climat.

Pour éviter que le réchauffement de la planète n’atteigne 2°C, le GIEC a conclu que la communauté mondiale doit réduire les émissions qui affectent le climat de 45 % d’ici 2030, pour atteindre la neutralité d’ici 2050. Les cibles courantes du Canada ne représentent pas notre juste part de cette réduction, et les prévisions actuelles montrent que nous ne sommes pas en voie d’atteindre nos propres cibles.

Une intervention adéquate face à notre urgence climatique sera possible si nous unissons nos efforts. Bon nombre des mesures nécessaires pour lutter contre les changements climatiques produiront des avantages importants et immédiats pour la santé et des économies en soins de santé partout au Canada. L’élimination progressive des centrales thermiques au charbon, la transition vers une alimentation à forte teneur végétarienne et le virage des moyens de transport personnel vers des options plus actives rendront notre air plus pur. Ainsi, nos enfants seront en meilleure santé, nos taux de maladies chroniques fléchiront et nos collectivités seront plus dynamiques.

CITATIONS

« Nous sommes la génération responsable de saisir la dernière possibilité pour l’humanité de réduire ses émissions suffisamment pour maintenir un climat vivable. Les 12 prochaines années sont cruciales : les députés élus aux élections fédérales de 2019 auront l’occasion d’intervenir sainement face aux changements climatiques ou de porter la responsabilité des effets dévastateurs des changements climatiques sur nos enfants et les générations futures. Tout comme lorsque nous faisons de la réanimation cardiorespiratoire d’urgence à l’hôpital, nous devons intervenir rapidement et avec énergie, sans nous arrêter, pour garantir un résultat positif. »

Dre Courtney Howard, présidente de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement (ACME)

« Le changement climatique n’est plus une idée abstraite de quelque chose qui pourrait éventuellement nuire aux générations futures ou aux populations à l’autre bout du monde; c’est une réalité dont les conséquences nuisent déjà à la santé physique et mentale de la population canadienne. On ne peut aborder les changements climatiques comme une simple polémique. C’est une crise de santé publique, à aborder comme telle. »

Dre Gigi Osler, présidente de l’Association médicale canadienne (AMC)

« Depuis plus de 30 ans, l’Association canadienne de santé publique reconnaît le lien inextricable qui existe entre la santé humaine et l’environnement et prévient que l’état de la santé humaine est inséparable des conditions et des politiques environnementales. Les menaces que les changements climatiques font peser sur la santé physique et mentale risquent de saper les progrès que nous avons réalisés au cours du siècle dernier et de créer un fardeau insoutenable pour les systèmes de santé publics et pour l’économie du pays. En tant que nation, nous pouvons éviter ce désastre en nous attaquant aux changements climatiques dès aujourd’hui et en améliorant la santé publique pour les générations à venir. »

Ian Culbert, directeur général, Association canadienne de santé publique

« Les changements climatiques ont créé de grands risques pour la santé de la population canadienne. Le gouvernement fédéral, les partis d’opposition et les organisations doivent s’unir pour appuyer l’adaptation et l’atténuation des changements climatiques. L’AIIC est d’avis que les infirmières et infirmiers jouent un rôle essentiel en aidant les Canadiens et les Canadiennes à mener une vie plus saine et plus respectueuse de l’environnement. »

Mme Claire Betker, présidente, Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC)

« Du point de vue de la santé publique, il n’y a pas de défi plus immédiat que le changement climatique. Si nous voulons renforcer la résilience et l’ingéniosité de nos villes, de nos municipalités et de nos partenaires gouvernementaux, nous devons déployer des efforts significatifs pour mettre en branle des processus afin de réagir au réchauffement de la planète. »

Dr Alex Summers, Réseau pour la santé publique urbain

-30-

Pour en savoir plus, veuillez communiquer avec :
Kaeleigh Phillips
Association canadienne des médecins pour l’environnement (ACME)
416 306-2273, poste 1
Kaeleigh@cape.ca   

À propos de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement
L’Association canadienne des médecins pour l’environnement (ACME) est un organisme national sans but lucratif qui se consacre à l’amélioration de la santé humaine en protégeant la planète. Fondée en 1993, l’ACME est une organisation axée sur l’éthique et les données probantes, appuyée par des membres bénévoles et dirigée par un conseil composé principalement de médecins.


Pour en savoir plus, veuillez communiquer avec :
Ziad Saab
Association médicale canadienne (AMC)
613-806-1865
relationsmediatiques@amc.ca

À propos de l’Association médicale canadienne
Créée à Québec en 1867, l’Association médicale canadienne (AMC) rassemble les médecins et les médecins en formation du Canada autour de questions nationales liées à la santé et à la médecine. La noble tradition de représentation de l’AMC a mené à certains des plus importants changements dans les politiques de santé au Canada. Pour les années à venir, l’AMC concentre ses efforts sur la promotion de la santé de la population et du dynamisme de la profession médicale.


Pour en savoir plus, veuillez communiquer avec :
Eve Johnston
Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC)
613 237-2159, poste 114  /  Cell. : 613 282-7859
ejohnston@cna-aiic.ca
 
À propos de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada
L’Association des infirmières et infirmiers du Canada est la voix professionnelle nationale et mondiale des soins infirmiers au Canada, représentant plus de 139 000 infirmières et infirmiers autorisés et praticiens au Canada. L’AIIC travaille à faire avancer la pratique et la profession infirmières pour améliorer la santé et consolider le système public de soins de santé au Canada.


À propos du Réseau pour la santé publique urbain
Le Réseau pour la santé publique urbain (UPHN) est un réseau de médecins hygiénistes des centres urbains du Canada qui se sont réunis en 2004 pour s’attaquer aux problèmes de santé publique communs dans les populations urbaines. Le réseau représente environ 50 % de la population canadienne. L’UPHN travaille en collaboration avec d’autres organismes qui s’intéressent à l’amélioration de la santé de la population.


Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec :
Emma Mallach, Gestionnaire des communications
Association canadienne de santé publique
Téléphone : 613.725.3769 poste 160
communications@cpha.ca

Au sujet de l’Association canadienne de santé publique :
Porte-parole national indépendant et défenseur fidèle de la santé publique, l’Association canadienne de santé publique parle au nom des individus et des populations avec tous les ordres de gouvernement. Nous préconisons l’équité en santé, la justice sociale et la prise de décisions éclairées par les données probantes. Nous misons sur le savoir, repérons et abordons les problèmes de santé publique, et relions diverses communautés de pratique. Nous faisons valoir la perspective et les données probantes de la santé publique auprès des chefs du gouvernement et des responsables des politiques. Nous sommes un catalyseur de changements qui améliorent la santé et le bien-être de tous.


Retour aux actualités