Main navigation French

Canadian Public Health Association

Élections

Le scrutin a été ouvert à 0 h 1 (minuit une) (H.E.) le 5 octobre 2021 et fermera à 23 h 59 (H.E.) le 10 novembre 2021

Tous les membres de l’Association qui étaient en règle au 30 septembre 2021 et qui n’avaient aucun frais ou contribution en retard sont habiles à voter.

Votez maintenant!

ADMINISTRATRICES

En réponse à l’appel général de candidatures envoyé aux membres, l’ACSP a reçu quatre (4) candidatures pour pourvoir deux (2) sièges au conseil d’administration. Pour voir le profil d’une candidate, sélectionnez son nom.

 

Nashreen Dhalla (Colombie-Britannique)

Nashreen Dhalla

Veuillez accepter cette déclaration comme étant mon intention de briguer le siège d’administratrice au conseil d’administration de l’Association canadienne de santé publique. Je m’appelle Nash Dhalla et je suis née en Ouganda, en Afrique de l’Est. Ma famille est arrivée au Canada en 1972, et j’ai grandi avec la conviction que le Canada est une société pluraliste, éthique et ouverte. En tant que nouvelle immigrante, j’ai été exposée au racisme et j’ai été classée comme « autre » et socialement ostracisée. C’est à travers ce prisme que j’ai entamé ma carrière comme travailleuse d’approche dans le quartier Downtown Eastside de Vancouver, puis que j’ai fait des études en sciences infirmières. L’œuvre de ma vie est de défendre et d’appuyer les personnes qui n’ont pas la parole. En tant que coordonnatrice de programme au BC Centre for Disease Control, j’ai travaillé avec et pour des communautés des Premières nations à trouver des possibilités de collaboration et à aménager pour ces communautés des espaces où elles pouvaient orienter leurs propres soins de la tuberculose. Nous avons créé des vidéos et des ressources pédagogiques par et pour les communautés, dans lesquelles des aîné·es parlaient de leur expérience dans les sanatoriums de la Colombie-Britannique. Notre équipe, celle des services de prise en charge de la tuberculose dans les communautés autochtones, a créé pour les agent·es de santé profanes, les infirmier·ères en santé communautaire et les agent·es de santé communautaire des ateliers de « traitement directement observé » pour la prise en charge des médicaments contre la tuberculose. En 2015, la Régie de la santé des Premières Nations a pris la relève du programme, et nous avons bouclé la boucle, car la programmation et les soins de la tuberculose dans les communautés des Premières nations sont maintenant gérés par un organisme des Premières Nations!

Je suis actuellement la coordonnatrice clinique d’IHOT, l’équipe d’aide intensive au logement de la Fraser Health Authority.

Le logement et la santé sont inextricablement liés. Pour certaines personnes, entrer à l’intérieur est un moment important pour subvenir à leurs besoins de santé. De meilleurs liens avec les soins de santé peuvent aider ces gens à rester logés. IHOT est un pont entre le logement et les soins de santé pour les particuliers, les opérateurs de logements et les équipes de soins de santé. IHOT aide les personnes nouvellement logées ou au logement précaire, selon une approche de soins centrée sur la personne, à créer des liens et des connexions avec les services de santé. Notre équipe promulgue la stabilisation de la santé et l’amélioration du bien-être en aidant les gens à accéder aux soins de santé et, en s’y attachant, à conserver leur logement.

 

Monica Emode (Ontario)

Monica Emode

Je suis honorée d’avoir été mise en candidature pour un deuxième mandat au c.a. de l’ACSP en 2022-2023. Je siège actuellement au c.a. comme administratrice étudiante (2019-2021) et comme présidente du comité des finances. Je suis vivement intéressée par les déterminants structurels et sociaux de la santé, et je suis déterminée à renforcer les capacités d’intervention de la santé publique pour favoriser l’équité en santé. J’ai acquis de l’expérience professionnelle dans divers milieux de soins, où j’ai dirigé des projets de recherche visant à améliorer l’accès et à comprendre les obstacles aux soins de santé mentale pour les jeunes des Premières Nations, inuits et nouveaux arrivants sans abri. Dernièrement, j’ai travaillé comme épidémiologiste débutante à Santé Canada. Je suis aspirante à la maîtrise (École de santé publique et des populations) à l’Université de la Colombie-Britannique et j’ai un baccalauréat ès arts en psychologie. Je me passionne pour la recherche et la sensibilisation en santé publique et j’appuie l’engagement de l’ACSP en faveur de la santé et de la justice sociale. Dans ma recherche, j’utilise des méthodes épidémiologiques pour examiner les disparités de traitement et les lacunes dans l’accès aux services de première ligne pour le soin des problèmes de santé mentale des enfants migrants et non migrants vivant en Colombie-Britannique. La formulation de recommandations cliniques et de recommandations de principe sur les façons d’améliorer la qualité des services de santé mentale offerts aux jeunes migrants fait partie intégrante de ces recherches. Ce travail cadre avec l’engagement de l’ACSP à soutenir le renouvellement des systèmes et de la pratique en santé publique au Canada et à promulguer des « politiques pour la santé » pour résoudre les problèmes de santé publique actuels et émergents. Je suis fière d’avoir pu travailler étroitement avec mes collègues du c.a. et d’avoir contribué à l’élaboration d’un énoncé de politique pour assurer la collecte et l’utilisation responsable de données sociodémographiques et fondées sur la race durant la pandémie de COVID-19. Je suis foncièrement contre l’oppression et le racisme et j’espère pouvoir recommander des moyens pour l’ACSP d’intégrer des pratiques anti-oppression et antiracistes dans son travail, tout en préconisant l’abolition des barrières systémiques et structurelles dans nos communautés. Ce fut un honneur pour moi de travailler à améliorer la mobilisation et la durabilité de l’Association. En tant qu’administratrice étudiante, j’ai piloté le lancement du Club virtuel de revue d’articles de santé publique de l’ACSP et de la RCSP, une initiative étudiante qui vise à offrir un environnement propice à l’apprentissage pour rester au fait de la littérature actuelle en santé publique, apprendre des approches méthodologiques et analytiques et acquérir des compétences d’évaluation critique. Avec mon comité de leadership étudiant, j’ai créé de nouvelles stratégies pour mobiliser délibérément les étudiant·es, les jeunes professionnel·les et les autres boursiers et boursières de recherches postdoctorales au sein de l’Association. Aux premiers stades de la pandémie, j’ai dirigé la création de plusieurs groupes de travail étudiants sur la COVID-19 pour combattre la mésinformation sur le virus et partager des stratégies pour composer avec le stress lié à la pandémie. Je m’engage à favoriser la participation sérieuse de professionnel·les de la santé publique issu·es de la diversité. Pour trouver des solutions équitables aux grands problèmes de santé publique, la mobilisation communautaire est fondamentale, et c’est un élément central pour atteindre la responsabilisation et l’équité en santé. Nous avons encore du travail à faire pour concrétiser notre vision pour la santé publique, et je suis impatiente de donner de mon temps et de mon savoir-faire, en tant qu’administratrice, pour faire avancer le plan stratégique de l’ACSP. Si j’obtiens l’aval des membres, je m’engage à continuer de faire entendre leur voix et à poursuivre l’important travail que nous avons accompli.

LinkedIn

 

Caitlin Johnston (Colombie-Britannique)

Caitlin Johnston

Gestionnaire au bureau sanitaire Vancouver Coastal Health, j’aide les usagers et les usagères aux prises avec des problèmes de santé mentale et d’usage de substances à trouver et à conserver un logement. Notre programme reconnaît que le logement et la santé sont inextricablement liés. Considéré dans cette perspective, le logement est une intervention clinique qui a des effets sociosanitaires positifs. Je possède une maîtrise en santé publique et des populations. J’ai été gestionnaire au centre hospitalier et de santé des femmes de la Colombie-Britannique (BC Women’s Hospital and Health Centre), où je m’occupais de donner accès aux services de gynécologie et de santé sexuelle et reproductive aux populations marginalisées (PANDC, nouvelles arrivantes, survivantes d’agressions sexuelles, femmes séropositives pour le VIH et femmes faisant usage de substances), et j’ai été coordonnatrice principale de la recherche dans le cadre de l’initiative en santé urbaine du BC Centre for HIV/AIDS. Je considère l’ACSP comme un important partenaire pour faire progresser la santé publique au Canada; j’en suis membre depuis de nombreuses années, et j’ai siégé au conseil d’administration en 2019-2020. Je fais aussi du bénévolat pour des projets de santé publique mondiale au Kenya et au Guatemala.

LinkedIn

 

Vivian Tsang (Colombie-Britannique)

Vivian Tsang

Je suis médecin résidente dans la voie de recherche en psychiatrie de l’Université de la Colombie-Britannique, et je m’intéresse à l’usage de substances et à la réduction des méfaits. Je suis aussi inscrite au programme de maîtrise en santé publique de l’École de santé publique Gerald Chan de Harvard. Comme expérience préalable de la gouvernance, j’ai représenté la faculté de médecine au sénat, la plus haute instance dirigeante de l’’Université de la Colombie-Britannique, et siégé aux comités du budget et de la recherche. Avec des membres du corps professoral, j’ai dirigé l’évaluation de l’organisation et la gestion de plus de 60 établissements de recherche affiliés à l’université. Ma participation au sénat s’ajoute à mes fonctions politiques antérieures, dont mes rôles au comité consultatif sur les enfants, les jeunes et les familles du conseil municipal de Vancouver et comme coprésidente du comité du développement politique de la Société des étudiants en médecine, où j’ai promulgué l’amélioration des ressources en santé mentale auprès du ministre de la Santé de la Colombie-Britannique. J’ai siégé à de nombreux conseils d’administration et je suis actuellement inscrite à l’École d’administration Rotman de l’Université de Toronto pour améliorer mon sens des affaires quand je siégerai plus tard à des comités des finances. Dans mes temps libres, je suis aussi directrice générale et fondatrice d’une œuvre de bienfaisance nationale de 3 000 personnes, The HOPE Initiative Foundation, qui œuvre à améliorer la santé physique, mentale et sexuelle et les possibilités de s’instruire des jeunes et des populations marginalisées du Canada. Je me présente aux élections de l’ACSP parce que j’aimerais utiliser mon expérience antérieure en santé publique pour donner en retour à la gouvernance du système de santé publique du Canada. Au plus fort de la COVID-19, j’ai cofondé l’équipe d’intervention contre la COVID-19 des étudiant·es en médecine de la Colombie-Britannique, qui a mobilisé des milliers d’étudiant·es au Canada, aux États-Unis et en Australie. J’ai aussi aidé à lancer le programme de santé et de sécurité au travail des médecins du bureau sanitaire Vancouver Coastal Health, qui suit les expositions des médecins à la COVID-19 et les tests positifs. J’ai passé l’été dernier en Afrique du Sud et au Zimbabwe à mettre en œuvre la trousse HealthWISE de l’OMS pour prévenir la transmission des maladies infectieuses aux travailleuses et aux travailleurs des milieux à faibles ressources et travaillé au siège social de l’OMS à Genève pour le programme TDR, qui soutient la recherche sur les maladies infectieuses. Je crois que mon expérience passée en santé publique et mon expérience au sein de comités des finances et de comités d’audit aux c.a. d’organismes à but lucratif et sans but lucratif seront des atouts pour l’équipe. Mes intérêts particuliers durant mon mandat sont notamment de former des réseaux pouvant appuyer des études de recherche concertée nouvelles et actuelles pour les stagiaires. J’aimerais aussi créer des partenariats externes avec d’autres organismes de santé publique du Canada. Durant la conférence annuelle de l’ACSP, j’espère travailler à inviter la collaboration de plus de partenaires et de patient·es de la communauté. Je pense que mon expérience auprès de patient·es partenaires dans mon rôle de présidente d’un groupe consultatif national de patient·es me sera utile pour ce travail. Je suis actuellement inscrite au Programme national à l’intention des dirigeants de l’Institut des administrateurs de sociétés, et j’espère contribuer mon savoir-faire à l’examen et au remaniement des indicateurs de gouvernance et des mécanismes de rétroaction au c.a. de l’ACSP. 

 

LinkedIn

Site web

 

ADMINISTRATEUR ÉTUDIANT/ADMINISTRATRICE ÉTUDIANTE

Le vote pour l’administrateur étudiant/l’administratrice étudiante est ouvert à TOUS les membres de l’ACSP. Les étudiantes et les étudiants sont l’avenir de la santé publique, et nous encourageons nos membres à appuyer les candidates et les candidats qui se présentent. Merci de prendre un moment pour examiner leurs énoncés et pour voter.

En réponse à l’appel général de candidatures envoyé aux membres, l’ACSP a reçu deux candidatures pour pourvoir un siège d’administrateur étudiant/d’administratrice étudiante. Cliquez sur un nom pour voir le profil de la candidate ou du candidat.

Jeremy Vladimir Kalicum (Colombie-Britannique)

Jeremy Kalicum

Je m’appelle Jeremy Kalicum et je suis candidat au siège d’administrateur étudiant au conseil d’administration de l’ACSP. Ma situation personnelle et professionnelle me permet d’apporter une perspective unique et audacieuse au c.a. de l’ACSP. J’ai fait des études de premier cycle en biologie moléculaire et en chimie verte que j’ai pu mettre à profit en santé publique en étant l’un des tout premiers techniciens de proximité en vérification des drogues du quartier Downtown Eastside de Vancouver. Dans cet emploi, j’ai identifié par spectroscopie IRTF des contaminants et des substances potentiellement mortelles dans l’approvisionnement en substances illicites de Vancouver. Je fais actuellement une maîtrise en santé publique à l’Université de Victoria avec spécialisation en politiques publiques. Les aspects de la santé publique qui m’intéressent ou même me passionnent sont le développement de proximité fondé sur les atouts, la recherche axée sur le patient et les politiques antidrogues. Ces dernières années, j’ai eu le privilège de travailler comme directeur des opérations du BC Provincial Peer Network, un projet financé par le gouvernement de la Colombie-Britannique à raison d’1 million de dollars par année pour mieux faire participer les personnes qui font usage de drogue à la riposte provinciale aux surdoses. Dans cet emploi, j’ai appris l’importance et la valeur d’une participation sérieuse des communautés visées par les politiques et touchées par les problèmes. J’ai aussi appris la valeur de l’action directe et de la désobéissance civile pour créer des changements d’orientation tangibles pilotés par la communauté. Dans la lignée du changement piloté par la communauté, j’ai cofondé plusieurs initiatives novatrices de santé publique ou de réduction des méfaits pendant mes études, dont un site de prévention des surdoses à Nanaimo (Colombie-Britannique) et le Drug User Liberation Front, ou front de libération des utilisateurs et utilisatrices de drogue, qui s’emploie à fournir un approvisionnement sûr en drogues aux personnes dans le besoin. Je me porte candidat au siège d’administrateur étudiant, car je veux que l’ACSP et ses actions soient en phase avec les priorités des communautés qui pourraient être directement touchées. Je veux m’assurer qu’en tant que praticien·nes et spécialistes de la santé publique nous n’excluons pas les personnes et les populations que nous essayons de servir et de protéger. Il devient de plus en plus clair avec les années que le changement vient des jeunes de ce monde, et je veux faire partie de ce mouvement qui revendique avec passion un changement très nécessaire.

LinkedIn

Présentation par vidéo

Camisha Rahmatian (Colombie-Britannique)

Camisha Rahmatian

Diplômée en psychologie de l’Université McGill, j’étudie en santé publique à l’Université Ryerson. Mon objectif de carrière est de travailler en promotion de la santé, plus précisément à améliorer la santé mentale et le bien-être mental des populations. Durant mes études postsecondaires, j’ai acquis de l’expérience auprès d’organismes sans but lucratif nationaux, dont la Société canadienne du cancer et Familles Canada, et contribué à des initiatives de santé mentale de l’Université McGill vouées à la mobilisation des connaissances et au rapprochement des personnes et des ressources pertinentes au sein du comité de la santé mentale de l’Association étudiante de la Faculté des arts. Ces premières expériences m’ont donné envie de connecter les gens avec leur communauté, dans l’objectif commun de résoudre des problèmes sociaux et de santé. Depuis 2019, je suis membre étudiante active de l’Association canadienne de santé publique, où je suis chef des ambassadeurs étudiants et ambassadrices étudiantes. Dans le cadre de mes fonctions, je gère le Programme des ambassadeurs étudiants, un groupe d’étudiant·es qui représentent l’ACSP dans leur établissement d’enseignement respectif en donnant des présentations et par le bouche à oreille. Je veux passionnément que les étudiant·es d’horizons divers s’impliquent à l’ACSP et fassent leur marque dans la communauté de la santé publique en général. Mon implication à l’ACSP m’a aussi donné l’occasion de participer au groupe de travail étudiant sur le bien-être mental de la population en lien avec la COVID-19, où j’ai passé plusieurs mois à faire de la recherche et à créer des infographies sur la pandémie. L’un des aspects clés de ce travail a consisté à explorer les répercussions de la pandémie sur les personnes noires, autochtones et de couleur. Je crois foncièrement à la justice sociale et à l’équité en santé, ce qui se reflète dans mon expérience professionnelle. Durant mes études à Ryerson, j’espère développer mes compétences essentielles en santé publique et continuer à explorer mes intérêts dans le domaine. Comme administratrice étudiante, je voudrais créer une communauté dynamique pour mes collègues stagiaires dans l’espoir qu’ils et elles verront l’ACSP comme un endroit où accéder à des ressources, créer des liens et demander conseil pour amorcer leur carrière en santé publique. Je suis déterminée à faire avancer le plan stratégique de l’ACSP si je deviens administratrice étudiante; je m’intéresse vivement à construire un effectif diversifié et engagé et à renouveler les systèmes et la pratique en santé publique par le travail de proximité, la collaboration et le plaidoyer. Voici mon plan en trois points si je suis choisie comme administratrice étudiante : 1. Améliorer les compétences en santé publique de la population étudiante a. Créer des possibilités pour les stagiaires de contribuer au travail en santé publique hors de la salle de classe (c.-à-d. élaborer des billets de blogues, des infographies et d’autres outils d’application des connaissances en santé publique) b. Mettre au point des ateliers ou des séminaires pour favoriser l’acquisition des compétences essentielles en santé publique, comme l’application des connaissances, la recherche et l’évaluation, et des techniques de présentation 2. Mobiliser des stagiaires en santé publique d’horizons divers a. Recruter des membres d’antécédents divers b. Favoriser une approche interdisciplinaire des études et du travail en santé publique 3. Créer une communauté de santé publique centrale pour la population étudiante du pays a. Faciliter les occasions de réseautage et de mentorat pour les étudiant·es et les professionnel·les en santé publique b. Créer des occasions de partage des ressources de santé publique à l’échelle du pays Merci de l’attention que vous porterez à ma candidature.

LinkedIn

Chaque personne est importante, chaque vote compte

Votez maintenant!

C’est facile et ça ne prend que quelques minutes

CONTEXTE

Tous les candidats ont fourni un énoncé et ont été encouragés à soumettre une photo, une vidéo et un lien vers un profil professionnel pour vous aider à faire vos choix. Même si vous ne connaissez pas tous les candidats, en lisant leurs profils vous pourrez les comparer et prendre une décision éclairée.

Même si vous ne connaissez pas tous les candidats, en lisant leurs profils vous pourrez les comparer et prendre une décision éclairée. Vous pouvez voter pour n’importe quels candidats — peu importe si vous les connaissez ou non, ou s’ils viennent de votre région ou non.

Vous êtes membres engagés de l’Association : il est important que vous ayez votre mot à dire et que vous votiez d’ici la fermeture du scrutin à 23 h 59 (HE) le 10 novembre 2021.

Qu’est-ce qu’une candidature idéale au conseil d’administration de l’ACSP?

Lorsque vous examinez les profils des candidats, gardez à l’esprit que le conseil d’administration de l’ACSP est un conseil d’orientation politique qui a besoin d’un ensemble équilibré de compétences prédéterminées. Pour exceller en matière de gouvernance, il faut des membres qui peuvent réfléchir de manière conceptuelle et à longue échéance et qui peuvent accueillir une diversité d’opinions.

Pour que l’ACSP soit gouvernée avec vision et force, le conseil d’administration doit inclure des membres qui exercent un éventail de rôles dans diverses disciplines de la santé publique et qui :

  • Démontrent un attachement à la vision et à la mission de l’ACSP;
  • Ont le temps et les ressources disponibles pour siéger au c.a. et à ses comités, assister à la conférence annuelle et représenter l’ACSP, au besoin;
  • Ont l’esprit d’équipe et entretiennent des relations avec des réseaux et des organismes qui se consacrent aux problèmes de santé publique; et
  • Démontrent un leadership manifeste (à leur stade de carrière respectif) dans le secteur de la santé publique.

Les membres du c.a. doivent aussi avoir :

  • De l’expérience au sein de structures décisionnelles, notamment une certaine connaissance des systèmes financiers et de la gestion des risques;
  • Un intérêt pour les enjeux pancanadiens, régionaux, locaux et internationaux en santé publique; et
  • La connaissance des besoins distincts de populations et de communautés diverses. Les compétences suivantes sont très prisées.

Les compétences suivantes sont très prisées :

  • Une connaissance de haut niveau du développement et de l’efficacité des organisations; et
  • De l’expérience en défense des dossiers de santé publique, ainsi que la connaissance de l’élaboration des politiques et des systèmes politiques qui ont un impact sur leur mise en œuvre.

Pour la période 2022-2023, l’ACSP recherche un savoir-faire particulier dans les domaines suivants :

  • Élaboration et défense des politiques;
  • Systèmes financiers et gestion des risques;
  • Collecte de fonds et/ou commandite d’entreprise;
  • Mobilisation des membres; ou
  • Disciplines de la santé publique comme nutrition, inspection, biostatistique et épidémiologie, médecine, santé dentaire publique, promotion de la santé, soins infirmiers et sciences vétérinaires.