Main navigation French

Canadian Public Health Association

Prix honorifiques 2021

Chaque année, nous honorons des personnes ou des organismes qui rendent des services exceptionnels à leur communauté et à la profession. Nos membres proposent des candidatures pour les prestigieux prix suivants.

Prix R. D. Defries et membre honoraire à vie

Louise Potvin

Louise Potvin enseigne la promotion de la santé à l’École de santé publique de l’Université de Montréal. Scientifique en santé publique mondialement reconnue, elle fait de la recherche au Canada et à l’étranger sur la promotion de la santé à l’échelle communautaire. Son travail a donné lieu à des politiques de lutte contre les inégalités en santé et à des stratégies pour promouvoir une santé publique fondée sur les preuves. Son travail a marqué le développement de la recherche interventionnelle en santé des populations, influencé les politiques sanitaires et eu un impact positif sur la santé de la population canadienne. Depuis 1989, Louise Potvin collabore régulièrement à la conférence annuelle de l’ACSP. En 2010, elle s’est jointe au comité éditorial de la Revue canadienne de santé publique, et depuis 2014, elle est rédactrice en chef de la Revue. Sous sa gouverne, celle-ci s’est modernisée pour devenir une publication de classe internationale avec un comité éditorial pluridisciplinaire qui en assure la pertinence et la qualité. La présence bilingue de la Revue s’est accentuée; son facteur d’impact s’est amélioré; et elle a publié des éditoriaux stimulants qui reflètent les enjeux de la pratique, de l’enseignement, de la recherche et de l’administration en santé publique. Louise Potvin a institué trois politiques éditoriales phares – sur la recherche sur le sexe et le genre, les peuples autochtones et le changement climatique – qui démontrent l’intérêt de l’ACSP pour l’équité et la justice sociale. De cette façon, ses contributions ont aidé l’Association à réaliser son ambition d’être « la voix indépendante et factuelle de la santé publique au Canada ». Pour son rôle directeur dans la promotion de la santé au Canada et à l’étranger et pour ses importantes contributions à l’Association canadienne de santé publique, Louise Potvin mérite la plus haute distinction de l’ACSP : le Prix R. D. Defries.

Membre honoraire à vie

Dr Brent T. Friesen

Dr Brent T. Friesen est un médecin remarquable qui a beaucoup contribué à tous les aspects de la santé publique, mais en particulier à la promotion de la santé, à la prévention des maladies et des blessures et à la santé environnementale. En tant que médecin-hygiéniste de Calgary, il a mené un programme actif sans égal dans la province. Quand les services de santé ont été intégrés en 1994-1995, il a déployé des efforts constants pour réserver un espace conséquent à la santé publique et à l’adoption d’une approche axée sur la santé des populations dans la planification et la prestation des services de santé. Dr Friesen a appuyé l’introduction de quatre programmes de promotion de la santé interdépendants, dont deux ont gagné une reconnaissance nationale : Best Practice - Best Beginnings (un service de soins infirmiers de proximité pour les femmes enceintes et venant d’accoucher marginalisées et leurs nourrissons) et une approche globale de la santé en milieu scolaire. Avant l’adoption de toute loi provinciale connexe, il a réussi à promulguer une réglementation municipale antitabac à Calgary et joue depuis un grand rôle dans le dossier à l’échelle provinciale et nationale. Il a aussi élargi la portée du programme de santé environnementale au-delà de l’application des règlements et a réussi à établir un dialogue avec l’industrie des hydrocarbures et ses organismes de réglementation pour que les populations vivant à proximité des zones de développement proposées soient convenablement protégées. Dr Friesen a aussi favorisé un travail de premier rang dans le domaine de la surveillance par un recrutement avisé, et il a appuyé avec enthousiasme l’adoption d’une approche rigoureuse de la préparation aux situations d’urgence et de la gestion des catastrophes. Il est un chef de file parmi les médecins, reconnu à la fois par l’Association médicale canadienne et son pendant albertain.

Prix Ron Draper en promotion de la santé

Bernadette (Bernie) Pauly

Bernie Pauly est une force de changement avec un engagement inébranlable envers l’équité en santé et la justice sociale. Chercheuse en sciences infirmières, elle a consacré sa carrière à la création d’environnements où les gens peuvent s’épanouir. Elle y parvient en collaborant avec des personnes qui font usage de substances ou qui sont aux prises avec la défavorisation structurelle. Grâce à ces collaborations, elle obtient des résultats de recherche uniques qui mettent en évidence les lacunes et les effets pervers des politiques et des pratiques. Ses études sur la sécurisation culturelle sont reconnues pour avoir changé les politiques des hôpitaux locaux et des offices régionaux de la santé à l’égard de la réduction des méfaits. Sa recherche sur les programmes de consommation contrôlée d’alcool (PCCA) a donné une visibilité nationale et internationale à la réduction des méfaits de l’alcool. Périodiquement, elle offre des services-conseils sur l’élaboration et la réalisation de tels programmes, mettant sa recherche en pratique. Après 15 ans aux côtés de personnes qui font usage de drogue au Canada, Bernie est une porte-parole de confiance de cette communauté. Ce n’est pas une tâche facile. Quand la pandémie a commencé, elle a travaillé avec les autorités sanitaires locales à éclairer les protocoles de lutte contre la COVID-19 et à les adapter aux populations sans abri ou à risque élevé de surdose (l’autre urgence sanitaire qui sévit parallèlement en Colombie-Britannique). Elle a communiqué avec les campements locaux et aidé à livrer de l’aide humanitaire tout en préconisant des logements et d’autres services. Simultanément, elle a joué un rôle déterminant dans l’obtention d’une subvention des Instituts de recherche en santé du Canada pour étudier la mise en œuvre et les effets d’une initiative d’approvisionnement plus sûr en Colombie-Britannique qui vise à réduire les risques de contracter la COVID-19 et de faire des surdoses. Bernie incarne toutes les valeurs du Prix Ron Draper en promotion de la santé et mérite amplement cette reconnaissance.

Certificat de mérite

Anna Betty Achneepineskum

Anna Betty Achneepineskum est Anishinabé-Mushkego de la Première Nation de Marten Falls (Ogoki Post) en Ontario. Ses contributions et l’œuvre de sa vie sont alimentées par sa volonté passionnée d’aider les populations les plus marginalisées du Canada, principalement dans la région où elle vit. Elle a déjà servi les membres de la Nation Nishnawbe-Aski (NNA) à titre de grande chef adjointe. Ses responsabilités en tant qu’élue incluaient les services sociaux et le bien-être des enfants, la justice, les femmes et les jeunes, et le sans-abrisme. Elle a à cœur l’accès équitable aux services et à la justice, l’amélioration de la qualité de vie, le mieux-être communautaire et la sécurité de toute la population de la NNA. Pendant plus de 20 ans, elle a travaillé dans les domaines de la justice et du droit dans les secteurs de l’aide juridique, de la justice réparatrice et du développement de proximité. Elle a siégé à divers conseils d’administration et groupes consultatifs pendant de nombreuses années, notamment au Groupe consultatif de la justice autochtone du ministère du Procureur général de l’Ontario et au conseil d’administration du conseil tribal Matawa First Nations Management. Elle est l’actuelle directrice du programme de mieux-être des enfants et des jeunes de Marten Falls et coordonnatrice en chef de la riposte de cette communauté à la pandémie. Elle est représentante de l’Ontario au Conseil des femmes de l’Assemblée des Premières nations, membre du Conseil consultatif des femmes autochtones et présidente du First Nations Women’s Caucus [des Chiefs of Ontario]. Elle représente aussi le conseil tribal Matawa au conseil d’administration du Service de police Nishnawbe-Aski. Anna Betty vit à Thunder Bay (Ontario), mais elle aime passer du temps dans le Nord de la province et dans les communautés de la Nation Nishnawbe-Aski. Ses six enfants, ses cinq petits-enfants et sa première arrière-petite-fille l’inspirent à poursuivre le travail, les services et l’engagement qui l’ont animée toute sa vie.

Prix national de héros

Jennifer L. King, Michael Finley et Liane Langstaff – Gowling WLG

Jennifer L. King

Michael Finely

Liane Langstaff

Entre novembre 2018 et mars 2021, l’ACSP a obtenu la qualité d’intervenant dans les renvois aux cours d’appels de la Saskatchewan et de l’Ontario concernant la constitutionnalité de la Loi fédérale sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre. L’ACSP a aussi obtenu la qualité d’intervenant dans les appels des gouvernements provinciaux à la Cour suprême du Canada. Pour chacune de ces audiences, l’ACSP a été représentée à titre bénévole par Jennifer L. King, Michael Finley et Liane Langstaff du groupe du droit de l’environnement de Gowling WLG.

Dans les mémoires écrits présentés à ces tribunaux, les avocats de l’ACSP ont fait valoir que « les principes de la santé publique et les données probantes sont clairs : des approches morcelées et incohérentes ne peuvent pas lever une menace sanitaire national et internationale de l’ampleur et de la portée géographique des changements climatiques causés par les émissions de gaz à effet de serre (GES). Comme pour la lutte antitabac et la salubrité des aliments, une intervention infranationale, nationale et internationale cohérente, coordonnée et fondée sur les faits est nécessaire pour aborder les risques pour la santé publique posés par les changements climatiques. Le Parlement a un rôle nécessaire à jouer pour coordonner la riposte intergouvernementale, établir les normes nationales et combler les lacunes, tous éléments essentiels à la réduction des émissions de GES. La santé publique étant une responsabilité constitutionnelle du gouvernement partagée entre plusieurs compétences, une coordination constitutionnelle est nécessaire. La capacité de promulguer des lois concernant la santé publique, comme sur l’environnement, n’est pas attribuée par la Loi constitutionnelle de 1867 à un ordre de gouvernement ou l’autre; ceux-ci ont donc compétence concurrente. Les provinces ont compétence sur les soins de santé primaires, le Parlement a le pouvoir de légiférer pour aborder les problèmes de santé publique nationaux et cibler les fléaux de santé publique. » [Traduction libre]

Jennifer L. King, B.A. & Sc., J.D., avocate spécialiste de l’environnement et associée chez Gowling WLG, exerce à l’échelle nationale en droit de l’environnement et ses recoupements avec le droit constitutionnel, autochtone, sanitaire, municipal et de nature réglementaire. Elle offre des conseils et une représentation stratégiques en matière de réglementation sur un vaste éventail de questions, dont les études d’impact environnemental, l’exploitation des ressources naturelles et les grands projets d’infrastructure, notamment dans le Nord proche et le Grand Nord du Canada. Elle a récemment été avocate-conseil auprès de la Commission ontarienne d’enquête sur la COVID-19 dans les foyers de soins de longue durée. Jennifer est régulièrement invitée à se prononcer sur la répartition constitutionnelle des pouvoirs, les changements climatiques et les questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG), et elle compte parmi les experts en gouvernance climatique de l’Initiative canadienne de droit climatique. Elle est admise aux barreaux de l’Ontario et du Nunavut.

Michael Finley, M.A. (Université de Cambridge), LL. B., B.D.C., est avocat de l’environnement exerçant dans les domaines des litiges environnementaux, des infractions environnementales et du règlement des différends. Ses conseils portent sur un vaste éventail de questions, dont la législation dans le domaine de l’eau, les espèces en danger de disparition, les problèmes globaux, les déversements, la pollution atmosphérique, le patrimoine, les différends commerciaux et les sites contaminés. Il a lui aussi été avocat-conseil auprès de la Commission ontarienne d’enquête sur la COVID-19 dans les foyers de soins de longue durée. Ses écrits montrent son intérêt général pour le droit de l’environnement et comprennent des articles sur l’état des Grands Lacs, la législation sur les pêches, les changements climatiques, les parcs provinciaux, la foresterie et la chasse.

Liane Langstaff, B. Sc., M.B.A., J.D., avocate de l’environnement, exerce dans les domaines des litiges environnementaux, des évaluations environnementales, de l’aménagement du territoire et des changements climatiques. Elle fait appel à sa formation technique en sciences de l’environnement, à son doctorat en jurisprudence et sa maîtrise en administration pour conseiller ses clients. Liane donne des conférences et écrit beaucoup sur les nouveautés en droit de l’environnement et est co-auteure de l’ouvrage A Guide to Canada’s Impact Assessment Act (édition 2020). Experte en gouvernance climatique de l’Initiative canadienne de droit climatique, elle donne des présentations à des conseils d’administration et des entreprises sur leur devoir de tenir compte des risques et des possibilités des changements climatiques.